KLHKLH

Actualité media

  • Sevrage alcoolique : quelles réactions face à la pression sociale ?

    Sevrage alcoolique : quelles réactions face à la pression sociale ?

    8/10/2015

    Face à la banalisation de l’alcool, les consommations régulières ne surprennent plus. Pour autant, l’alcoolisme - et donc l’addiction - reste un fléau. Mais en soirée ou au restaurant, quelle pression subissent les personnes anciennement confrontées à la dépendance alcoolique ?

    En se concentrant sur le qualitatif plus que sur le quantitatif, les scientifiques de la North Carolina State University ont interrogé 11 anciens buveurs. « Tous étaient sobres depuis au moins un an, et un volontaire n’avait pas consommé d’alcool depuis 19 années », révèlent-ils dans la revue Health Communication. Conséquence du passé addictif, assumer le statut de non-buveur s’avère complexe en public. La plupart des volontaires expliquent éprouver autant de crainte d’être stigmatisés par la privation d’alcool que par leur passé addictif. « De la part de l’entourage, il est important d’apporter du soutien aux anciens buveurs qui se privent de toute première gorgée », précise le Pr Linsey Romo, principal auteur de l’étude. « Mais avant de sortir dans un endroit où l’alcool sera de la partie, l’abstinent lui-même doit être au clair sur son ressenti : éprouve-t-il le besoin de dévoiler aux autres la raison pour laquelle il ne boit pas ? Est-il en mesure de réfréner toute éventuelle pulsion ou se sent-il en proie à l’excès ? » Autant de questions qu’il est possible de se poser à condition qu’un suivi psychologique soit mis en place dans les différentes phases du sevrage alcoolique.

    Source : Health Communication, le 22 septembre 2015